Investir dans l’immobilier neuf dans le but de louer en meublé, permet de profiter de règles plus souples que lors d’une mise en location nue, mais tout en profitant d’une défiscalisation plus avantageuse. En effet, l’investissement immobilier pour en faire une location meublée de longue durée a de multiples atouts : souplesse du bail et fiscalité avantageuse. Faisons le point là-dessus.

Les conseils globaux pour un meilleur investissement

  • Définir ses objectifs

Pour effectuer un investissement à la hauteur de vos attentes, vous devez évaluer vos objectifs : se constituer un patrimoine immobilier, faire une location saisonnière ou acheter une résidence secondaire. Il ne faut hésiter de demander conseil investissement locatif.

  • Acheter un bien répondant à vos attentes

L’agencement de votre résidence principale ou secondaire, ainsi que son état, sont des éléments importants à prendre en compte.

  • Bien choisir l’emplacement avant d’investir en immobilier

Avant tout projet d’investissement il convient d’étudier l’emplacement de votre bien. Tournez-vous vers des villes attractives, à proximité de commerces, d’écoles et de transports en communs.

  • Evaluer les loyers

Avant de faire un investissement, il faut bien calculer le prix du loyer.

  • Calculer la rentabilité de votre projet immobilier

Au moment de réaliser un investissement, il est important d’utiliser un simulateur. En effet, l’étude du loyer potentiel et du futur loyer est une étape primordiale pour l’investisseur.

  • Etre réaliste

Pour réaliser un bon investissement, il faut s’assurer de ne pas demander un crédit immobilier de plus de 20 ans. Les mensualités doivent aussi concorder avec votre capacité de remboursement.

  • Se renseigner sur les lois en vigueur sur le marché immobilier

De nombreux dispositifs existent pour une meilleure rentabilité de votre placement immobilier : Pinel, Malraux, Censi Bouvard…

  • Bien choisir son locataire ;
  • Penser à la gestion locative dans la gestion de son patrimoine immobilier.

La location meublée : Pour se constituer des revenus complémentaires

Avec la mise en avant des lois Alur en 2014 et Macron en 2015, investir dans un logement dans le but de louer, n’est plus aussi simple et se rapproche fortement des contraintes de la location nue.

Dans les deux cas, le bailleur doit conclure un contrat similaire au bail auquel sera annexé les droit et devoirs de chaque partie. Il doit aussi remettre les diagnostics du bien immobilier et respecter les critères de décence.

Toutefois, il est possible d’investir dans l’immobilier dans le but de le louer, pour que le bien soit la résidence principale de l’occupant. Il n’y a aucune autorisation particulière à demander. Il faut vérifier que le règlement de copropriété ne l’interdit pas.

Les diverses caractéristiques du meublé

La durée du contrat de bail est de 1 an pour la location meublée contre 3 ans pour la location nue. Elle est poursuivie par tacite reconduction. Le bailleur ne pourra donner congé que par les conditions prévues par la loi du 6 juillet 1989 soit la vente du patrimoine immobilier, le non-respect des obligations par le locataire…

Pour les étudiants ou les personnes qui changent souvent de ville, la loi Elan a mis en place le bail d’une durée minimum d’un mois et d’une durée maximale de 10 mois.

Aussi, le propriétaire doit fournir une liste minimum d’équipements et de mobiliers comme la table, les chaises, le frigo, les plaques de cuisson, les luminaires, les draps, la literie…

La fiscalité favorable de l’immobilier locatif

Les revenus locatifs sont soumis au BIC. C’est beaucoup plus avantageux que les revenus fonciers auxquels sont soumis les loyers provenant de la location nue. Si vos touchez moins de 70 000 euros, c’est le régime micro-bic qui entre en jeu, avec un abattement de 50% des loyers. Si vous gagnez plus de cette somme vous serez soumis au régime réel en qualité de LMNP ou loueur en meuble non professionnel.