Épuisement du télétravail et fatigue du zoom : Beaucoup plus compliqués qu’ils n’y paraît

Vous ou vos employés ont-ils souffert d’épuisement au télétravail et de fatigue de Zoom ces derniers nombreux mois ? Rencontrez-vous cet épuisement indépendamment des avantages supposés du travail à distance et de l’utilisation des vidéoconférences pour les réunions ?

Il est regrettable que l’immense majorité des efforts déployés pour lutter contre l’épuisement du travail à domicile se concentre sur la tentative de traiter les symptômes sans s’occuper des causes profondes, qui proviennent des entreprises qui se contentent de modifier leur  » culture de bureau  » pour l’adapter au travail à distance.

Pour vaincre  burn-out, les entreprises doivent comprendre la vérité des problèmes qui en résultent afin de s’adapter et d’exceller dans notre nouveau monde. Sinon, utiliser une culture de type bureau pour effectuer du travail virtuel ne fait que forcer une cheville carrée dans un trou rond, menant de nombreux employés tout droit au burn-out.

 

Reconnaître les 12 problèmes à l’origine du burn-out du travail à domicile

Après avoir intégré mon expertise en intelligence sociale et émotionnelle à la recherche sur les problèmes entourant le travail à domicile pendant cette pandémie, j’ai pu élaborer ces deux concepts enchevêtrés en une série de facteurs :

 

1. La privation de notre besoin humain fondamental de signification et de fonction.Peut-être que le problème le plus important est que la grande majorité des gens ne réalisent pas que nous ne vivons pas seulement un épuisement professionnel à domicile; nous sommes privés de la satisfaction des besoins humains fondamentaux de signification et de fonction que nous avions l’habitude d’obtenir du travail. Il est important de se rappeler que notre sens du moi, nos récits de nous-mêmes et notre sens de la construction du sens sont très liés à notre travail. Tous ces éléments ont été perturbés lorsque nous sommes passés au travail à distance. 

 

2. Privation de notre besoin humain fondamental de connexion. L’environnement de travail et la communauté dont nous disposons répondent également à notre besoin de connexion. Le travail à domicile nous déconnecte de notre capacité à nous connecter avec succès à nos collègues de travail en tant qu’êtres humains, plutôt qu’en tant que petits carrés sur un écran.

3. Être incapable d’établir et de maintenir la confiance. Dans les milieux de travail, il est simple d’établir la confiance par des interactions occasionnelles. Cette structure de confiance ne se produit pas sans effort dans les environnements virtuels. Il y a une raison particulière pour laquelle les équipes qui commencent par être virtuelles, mais qui se rencontrent ensuite en face à face au bureau, travaillent beaucoup mieux ensemble après cela. En revanche, les groupes qui passent d’un cadre en personne à un cadre virtuel finissent par perdre ce sentiment d’humanité et de confiance partagées.

 

4. Privation de mentorat et de formation informelle. Une partie importante de la formation et de l’apprentissage sur le lieu de travail provient du mentorat informel des collègues plus anciens. Elle provient également de l’avancement professionnel par l’observation que vous obtenez en voyant comment vos collègues effectuent leurs tâches. La perte de ce mentorat a été particulièrement difficile pour les jeunes travailleurs.

 

5. Ce n’est pas seulement la  » fatigue du Zoom « . Oui, la fatigue des vidéoconférences est une expérience réelle. Cependant, il ne s’agit pas de Zoom lui-même ou de toute autre application logicielle de vidéoconférence. Le problème provient de nos attentes intuitives concernant les réunions virtuelles qui nous donnent de l’énergie en nous connectant aux gens. Les événements en personne, même s’ils sont purement professionnels, nous permettent toujours de nous connecter d’une manière humaine. Pourtant, nos émotions ne traitent tout simplement pas les réunions par vidéoconférence comme nous liant véritablement sur un plan instinctif d’humain à humain.

 

6. Mettre une cheville carrée dans un trou rond. Beaucoup d’entreprises essaient de combler le ciment de la culture du lieu de travail en matière de connexion émotionnelle et sociale avec des happy hours Zoom et des événements similaires qui déplacent les activités de rapprochement en personne vers des formats virtuels. Malheureusement, ces activités ne répondent pas aussi bien à nos besoins. Comme pour les autres vidéoconférences, nos attentes sont intuitivement élevées. Nous finissons par être insatisfaits et agacés de ne pas voir nos exigences satisfaites.

 

7. Compétences inadéquates dans les outils technologiques de travail à distance. Ce problème entraîne une baisse de performance et des expériences décourageantes pour ceux qui doivent collaborer.

 

8. Absence de compétences en matière de communication efficace à distance. Il est notoirement difficile de communiquer efficacement, même en face à face. Lorsque des groupes au bureau finissent par devenir des équipes virtuelles, une interaction efficace devient beaucoup plus difficile.

 

9. Des compétences inadéquates en matière de collaboration à distance fiable. Il n’existe aucune méthode naturelle pour obtenir les interactions informelles requises qui sont essentielles à un bon travail d’équipe et à une bonne collaboration. Le ton de la voix et le langage corporel sont cruciaux pour remarquer les problèmes en développement, et la communication à distance nous offre moins de chances de découvrir ces problèmes.

 

10. Manque de responsabilisation. Les environnements de bureau permettent des méthodes naturelles pour responsabiliser le personnel. Les dirigeants peuvent rapidement se promener dans le bureau, regarder autour d’eux et observer ce qui se passe. Ils peuvent également vérifier rapidement avec leurs subordonnés concernant les projets. Il en va de même pour les interactions entre pairs : Il est beaucoup plus facile d’ignorer un courriel contenant une question que quelqu’un qui se tient dans l’embrasure de la porte de votre bureau ou qui vous arrête dans le couloir. Vous devrez remplacer la responsabilisation par une autre structure pour le travail virtuel.

 

11. Des environnements de travail à domicile médiocres. Certains membres du personnel peuvent avoir accès à une connexion Internet fiable, à un bon équipement et à des espaces de bureau à domicile appropriés, mais d’autres non. Compte tenu des restrictions causées par la pandémie, la réorganisation des espaces de travail à domicile demandera beaucoup de temps et de ressources qui pourraient ne pas être disponibles pour de nombreuses personnes.

 

12. Mauvaises frontières entre travail et vie privée. La séparation problématique entre le travail et la vie personnelle provient des actions des employeurs et des membres du personnel. À long terme, de mauvaises frontières déclenchent des performances inférieures, une augmentation des erreurs et, finalement, un épuisement professionnel.

 

La lassitude et l’épuisement professionnel sont bien plus compliqués qu’il n’y paraît. Vous devriez effectuer un changement stratégique global pour restructurer les politiques et la culture de votre entreprise, en passant de l’état d’esprit d’urgence du travail à domicile au travail à distance – à temps plein ou hybride – qui est notre nouvelle normalité.

.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn