data center

Utilisée par de nombreuses grandes entreprises ainsi que plusieurs organisations gouvernementales, il est assez normal de se pencher un petit peu plus sur le sujet qui n’est autre que les Data Centers. Qu’est-ce qui se cache réellement derrière ce nom, de quoi sont-ils composés et pourquoi sont-ils aussi importants dans l’évolutivité dans la sphère de la toile?

Définition du data center

Datacenters en anglais ou un centre de données en français, déjà là c’est plus clair pour nombres d’entre nous. Un centre de données est principalement une infrastructure composée d’un réseau d’ordinateurs et d’espaces de stockage. Pour faire simple, c’est un genre de cloud services (offres cloud virtuels) utilisé pour le stockage de données. Les clients confient leurs données à la technologie cloud réputée pour être sécurisée. Des prestataires prodiguent ce service informatique en tant que prestataires suivant des normes que nous verrons plus bas.

reseau de machine

Pourquoi les data centers sont importants ?

Pourquoi le cloud ? Cette infrastructure peut être utilisée par des entités pour traiter, stocker et même entreposer une quantité faramineuse de données. Par conséquent, une entreprise repose fortement sur les applications, les services et les données contenues dans un centre de données. Un data center, selon sa taille, la puissance de ses systèmes de stockage, et d’autres caractéristiques, peut en effet conserver des milliards de données sur des clients, des individus, etc. Comme vous pouvez en déduire, un data center représente une part essentielle d’une entreprise ainsi qu’un enjeu crucial pour le développement d’Internet tout entier.

Qu’est-ce qui compose un centre de données ?

Afin de fonctionner correctement, un data center se compose de plusieurs éléments.

Infrastructure de réseau

L’infrastructure est composée de plusieurs éléments qui communiquent ensemble, les uns avec les autres. Les interconnexions câblées et/ou sans fils doivent être parfaitement réalisées ainsi que répondre aux besoins de la fiabilité et de la performance attendues. Les solutions disponibles sur le marché sont multiples que ce soit pour un nombre peu élevé d’utilisateurs, pour une entreprise avec plusieurs sites ou encore pour être utilisé dans un campus universitaire par exemple.

Infrastructure de stockage

Au constat de l’augmentation exponentielle du volume des données à conserver et à stocker pour les sociétés et autres entités, la notion de stockage est devenue une préoccupation majeure. Les entreprises sont totalement dépendantes du nuage informatique. De nos jours, plusieurs sortes de technologies existent pour stocker des machines virtuelles, quelques fichiers, ou même générer plusieurs To ou téraoctets de données par jour. La réponse doit tenir compte des besoins de performance, de croissance et de disponibilité de chaque usage.

Processus de serveurs

Le serveur est la plateforme des systèmes d’exploitation ainsi que des applications. Il doit être dimensionné en puissance de calcul et en mémoire en fonction de l’usage ; la virtualisation, les bases de données, les applications CRM/ ERP, ou encore les applications métiers sur mesure. De ces paramètres dépendra sa capacité à faire tourner les applications avec la performance souhaitée.

Les différents types de data center

Les data centers sont des architectures assez complexes et c’est une des raisons pour laquelle ils sont classés en différents critères et suivant des certifications bien précises. Les serveurs, les systèmes de stockage, les commutateurs de réseau, les firewalls, les racks physiques, le système distribution d’énergie, le commutateur électrique, les générateurs, le système de ventilation, le système de refroidissement… Bref, tout cela compose le monde de data center mais saviez-vous qu’il existait plusieurs catégories de Data Center et que l’Uptime Institute, qui délivre des certifications en a délivré plus de 1000 depuis 2015 ?

 

L’Uptime Institute

C’est un organisme indépendant consultatif dont le rôle est de classifier et certifier les centres de données en quatre niveaux :

  • TIER I
  • TIER II
  • TIER III
  • TIER IV

Pour ce faire, chaque niveau TIER reprend les caractéristiques de l’échelon avant lui mais en y rajoutant des améliorations en plus. L’objectif de cette catégorisation  est d’évaluer la qualité ainsi que la fiabilité des capacités d’hébergement d’un centre de données.

La liste des « Tiers »

Voici donc la liste des Tiers avec les avantages du cloud computing y afférant.

  • TIER I ou le basique: ce premier échelon est composé d’une seule alimentation électrique et ne contient pas de redondance que ce soit pour l’infrastructure ou la climatisation. Son taux de disponibilité est de 99,671 % et un arrêt annuel pour maintenance est inclus.
  • TIER II ou redondance partielle: Certains composants de la distribution électrique sont redondés. Toutefois, le chemin de distribution électrique ne l’est pas. La planification des opérations de maintenance sur les composants redondés évite les problèmes sur le matériel informatique. Son taux de disponibilité est de 99,741 % et compte approximativement 22 heures d’interruption annuelle.
  • TIER III ou la maintenance concurrente : Tous les composants sont redondés. Plusieurs chemins de distribution existent mais un seul et unique est utilisé. C’est une distribution en active/passive. Le matériel informatique fonctionne sous double alimentation. Son taux de disponibilité est de 99,982 %. Et on compte 1,6 heure d’interruption par an à peu près.
  • TIER IV ou tolérance aux pannes : Avec plusieurs sources d’alimentation, chaque système est redondé et bien compartimenté. Ce data center supporte automatiquement l’arrêt inopinée d’un composant. Quant au refroidissement continu : la température en salle est maintenue même pendant une coupure électrique. Son taux de disponibilité est de 99,995 % et on compte en moyenne 0,8 heure d’interruption annuelle.

Comment bien choisir son data center ?

Voici les principaux critères à retenir pour faire le bon choix de data center :

  • Bonne gestion de l’espace et planification des capacités ;
  • Flexibilité de l’infrastructure ;
  • Efficacité du système de refroidissement ;
  • Bonne organisation de la documentation, la planification et des procédures ;
  • Garanti de sécurité maximale.

Les services en nuage doivent alors disposer d’une infrastructure adéquate pour assurer le service (cloud privé/nuage privé ou cloud public). Les infrastructures et services de ces conteneurs de données (hébergeur) doivent être aussi sécurisés que possible afin que les Applications Webs puissent se développer efficacement par exemple.

cloud

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn