Qu’est-ce que la courbe d’oubli et son utilisation en marketing ?

Sommaire

 

 

 

 

Courbe d’oubli (également appelée courbe d’oubli d’Ebbinghaus, courbe d’oubli d’Ebbinghaus, fonction d’oubli d’Ebbinghaus, effet Ebbinghaus, loi d’oubli d’Ebbinghaus ou, plus généralement, loi d’oubli)

Courbe représentant le résultat des expériences de rappel d’Ebbinghaus mettant en relation le temps écoulé depuis une séance d’apprentissage et le pourcentage de rappel.

 

Ebbinghaus

 

Ebbinghaus (1913) a mené des recherches expérimentales pionnières sur la mémoire. À la suite d’expériences qui consistaient à utiliser des ensembles d’éléments à mémoriser qui n’avaient pas d’associations antérieures, il a produit une courbe désormais célèbre résumant ses résultats. Avec le temps écoulé depuis la session d’apprentissage sur l’axe des x et le pourcentage de rappel sur l’axe des y, un tracé des chiffres suivants peut être utilisé pour montrer la courbe d’oubli d’Ebbinghaus : La courbe d’oubli implique le rappel, qui consiste simplement à essayer de se souvenir de chaque élément. Ebbinghaus a également examiné la remémoration, qui consiste à essayer de reconnaître les éléments qui avaient figuré sur la liste étudiée, et a constaté que la remémoration est un test de mémoire plus sensible que le rappel, car les gens peuvent être capables de reconnaître des éléments qu’ils ne peuvent pas se rappeler.

 

Epargne et remémoration

 

Ebbinghaus a développé davantage le concept d’épargne en relation avec la remémoration. Plus précisément, en essayant de se souvenir d’une liste d’éléments après une certaine longue période de temps (c’est-à-dire après une période où ni le rappel ni la remémoration ne démontrent beaucoup de preuves d’un apprentissage antérieur), un individu peut tenter de se souvenir de la liste par des essais supplémentaires. En comparant le nombre d’essais nécessaires pour mémoriser la liste (par exemple cinq essais) au nombre d’essais nécessaires pour mémoriser la liste la première fois (par exemple dix essais), on peut calculer un pourcentage d’économie (par exemple 5/10 ou 50%). Ebbinghaus considère le concept d’épargne comme le test le plus sensible de la mémoire, car il caractérise un effet résiduel de l’apprentissage antérieur, en particulier lorsque le rappel et la reconnaissance ne montrent que peu de signes d’apprentissage antérieur. Il est important de noter que la courbe d’oubli ne doit pas être confondue avec la loi de puissance de l’oubli qui caractérise mathématiquement la fonction d’oubli comme une fonction de puissance spécifique. (Voir loi de puissance de l’oubli.)

 

Courbe d’oubli

 

Notez également que la courbe d’oubli ne doit pas être confondue avec la loi d’oubli, également connue sous le nom de loi de Jost, ou loi d’oubli de Jost. La loi de l’oubli englobe deux idées spécifiques et formelles développées par Jost (1897) concernant des aspects de la mémoire. Plus précisément, la loi de l’oubli stipule que si deux associations ou souvenirs sont de même force mais d’âges différents, le plus ancien (a) bénéficiera davantage d’un essai d’apprentissage et (b) s’effacera plus lentement dans une période de temps donnée que le plus jeune. Bien qu’elle présente un intérêt dans le domaine de la psychologie, la loi de l’oubli telle qu’elle a été développée par Jost n’a pas fait l’objet d’une attention de recherche significative dans le domaine du marketing.

 

Une grande partie de la pratique marketing vise à encourager le rappel et la reconnaissance par les consommateurs des produits et des marques d’un marketeur. Reconnaissant que les consommateurs ont une tendance systématique à oublier une partie de ce qu’ils apprennent au fil du temps, la connaissance de ces tendances, et sa quantification peuvent constituer la base des modèles, des politiques et des pratiques de marketing qui aident à faire le meilleur usage des ressources et des stratégies de marketing pour des objectifs particuliers de marketing pour l’apprentissage des consommateurs à court et à long terme. Les politiques et pratiques publicitaires sont particulièrement influencées par une compréhension attentive des tendances à l’oubli des consommateurs.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn